FAQ

Qu'est-ce que le Global Reporting initiative?

Le Global Reporting Initiative (GRI) a été établi vers la fin 1997 avec comme mission de développer les directives applicables mondialement en matière de développement durable. Il permet à l’entreprise et à tout type d’organisation de structurer son reporting périodique en mettant en relief ses performances économiques, environnementales, et sociales. La version actuellement utilisable et le G3 mais 2012 verra la nouvelle version G4, prenant en compte les suggestions des parties prenantes, notamment les ONG.

Y’a t’il un référentiel international pour la Responsabilité Sociale ?

Aujourd’hui, la seule norme « certifiante » est la SA8000 dont la propriété revient à l’organisme américain SAI (Social Accountability Institute). Cette norme a la particularité de contenir à la fois 8 clauses de "résultats" à atteindre pour des conditions de travail acceptables et un système de management basé sur l'amélioration continue. Elle est à sa 3ème version depuis sa création en 1997 et représente aujourd’hui le pilier « social » du développement durable.

Est-il intéressant de construire d’emblée un système intégré QSE ou de bâtir un à un chaque système ?

La réponse est au cas par cas, selon la culture de l’entreprise notamment la culture de prévention. Si celle-ci est relativement développée dans l’entreprise, alors construire et faire certifier d’un coup un système intégré QSE permettrait de gagner en cohérence et en efficacité et de réduire les coûts des audits internes et des audits externes. Sinon, il est plus judicieux de définir une feuille de route basée sur le développement participatif et la certification progressive du système de management tout en oeuvrant à faire que ce système soit basé sur l’approche processus.

Quoi de neuf avec la version 2015 de l'ISO9001?

Si la version 2008 n’a pas apporté de grands bouleversements à la version qui la précède, celle de 2015 (la prochaine version) devrait faire converger le management de la qualité et le pilotage de l’entreprise. Nous nous attendons à de nouvelles introductions d’exigences mais aussi à des élargissements, des clarifications, du renforcement pour que cette norme reste le squelette de tout système de management dans l’entreprise.

Parmi les nouveautés :

L’introduction de l’approche management du risque qualité ;
L’introduction de la gestion des ressources financières dans le management des ressources ;
L’introduction de la notion de management du cycle de vie du produit ;
L’introduction de l’impact de la technologie dans le management de l’information ;
L’introduction des concepts d’innovation ;
L’introduction de l’évaluation du principe de transmission du savoir sur la conformité produit ;
La Prise de décision sur l’introduction explicite ou non, de l’utilisation des outils de la Qualité (AMDEC, MSP,…);
L’introduction des notions d’adaptabilité de l’organisme face aux changements.
Parmi les élargissements :

L’élargissement du concept de client (final, utilisateur, externe…)

Parmi les clarifications :

La clarification des notions de compétences, habilitation, qualification et formation;
Une meilleure description du principe de management des processus;
Une différenciation entre les principes de communication et d’information;
Une meilleure adaptation des notions de résultat, d’amélioration et d’efficacité.
Parmi les renforcements :

Le remplacement des habituelles 8 principes de management à uniquement 7;
Le renforcement de la notion de conformité produit;
L’accentuation des exigences liées à la maintenance des infrastructures;
Le renforcement de l’implication du top management dans le Système Qualité.

Est-il intéressant d’externaliser les audits internes?

Il vaudrait mieux que l’entreprise axe ses efforts sur la constitution d’un véritable pool d’auditeurs internes volontaires pour réaliser efficacement ses missions d’audit interne. Toutefois, et dans l’objectif d’avoir un œil externe sur le système et d’apprécier son niveau de maturité, l’entreprise peut sous-traiter ces audits, tout en bénéficiant de l’apport du consultant-auditeur expérimenté pour coacher des auditeurs internes.

Qu’est ce qui est plus bénéfique pour l’entreprise : la formation inter. ou la formation intra?

La formation inter. est celle prodiguée par un formateur pour un ensemble de participants venant de tout horizon mais s’intéressant au thème de la formation. Son intérêt réside essentiellement dans les échanges entre participants et dans le fait que les participants, sortis de leur cocon, seront plus concentrés sur le contenu. La formation intra. qui se fait en général dans l’enceinte de la société bénéficiaire est plus utile lorsque plusieurs personnes d’une même fonction sont intéressées par le thème que le formateur doit adapter à la spécificité interne et qui doit aboutir à un plan d’actions opérationnelles.

Qu’est ce que la Veille réglementaire ?

Il s’agit d’une activité interne qui permet à l’entreprise, non seulement de détenir l’ensemble des exigences réglementaires et légales pouvant s’appliquer à elle mais aussi et surtout d’être au courant de chaque nouveau texte, de façon à prévenir les non-conformités réglementaires. La Veille réglementaire est une exigence de l’ensemble des normes de management.

Quelles sont les nouveautés de l’ISO14001 version 2015 ?

La nouvelle version 2015 représente un véritable pas en avant dans la prise en compte du contexte interne et externe. En effet, elle permet à l'entreprise de mieux faire face aux évolutions de leur contexte interne et externe, économique et social : développement de l’écoute des parties intéressées.

L’ISO 14001 évolue pour permettre une plus d’harmonisation avec les autres normes de systèmes de management par l'intégration d'une structure commune (High Level Structure).
Les principales modifications de la norme ISO 14001 V 2015 sont :

• L'alignement du système de management de l'environnement (SME) avec la stratégie globale de l'organisme.
• Une plus grande focalisation sur le rôle de la direction
• La maîtrise opérationnelle sur les processus externalisés.
• L’adoption d’une perspective de cycle de vie pour aborder les aspects environnementaux
• L’introduction d’une stratégie de communication: exigences étendues liées à la communication interne et externe, dont les méthodes pour communiquer (quoi, quand, et comment).
• La prise en compte des attentes des parties prenantes externes (collectivités, voisinage, associations....).
• Management des risques et opportunités : détermination et suivi systématique de tous les éléments internes / externes pouvant avoir des conséquences sur le système de management

Quelles sont les nouveautés de l’ISO 45001 ?

L’ISO élabore une nouvelle norme – ISO 45001 – relative aux systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail qui remplacera le référentiel OHSAS 18001.
L’ISO 45001 contiendra les exigences pour un système de management permettant à une organisation de gérer ses risques, de prévenir d'une manière efficace les accidents de travail et d’améliorer sa performance en matière de santé et de sécurité au travail tout en assurant une meilleure motivation des collaborateurs. Son champ d’application sera élargi et s’intéressera davantage à chaque partie prenante de l’organisation.
Le changement le plus notable concerne la nouvelle structure de la norme: la structure HLS (High Level Structure). Cette structure facilitera l’intégration des différents systèmes de management (qualité, environnement, énergie etc.).
D'autres changement sont attendus tel que:

• Détermination des parties prenantes et de leurs exigences ;
• Importance donnée au leadership et à l’engagement de la direction ;
• Détermination des critères de compétences nécessaires pour le personnel ;
• Sensibilisation à la contribution personnelle à l’efficacité du système de management de la santé et sécurité ;
• Participation du personnel dans le processus d’établissement des politiques de santé et sécurité au travail, évaluations des risques, opérations et évaluations des performances ;
• Maîtrise des processus externalisés affectant le système de management de la santé et sécurité ;
L’ISO/DIS 45001 est attendu fin novembre 2015. La norme définitive devrait être publiée à l’automne 2016.

Qu'est ce que le Knowledge management ?

La gestion des connaissances ou le Knowledge Management peut se définir comme « l’élaboration, le partage, la diffusion des savoir-faire collectifs propres à l’entreprise ».
En effet, elle consiste à rassembler les savoir-faire individuels et à les capitaliser en une somme de compétences pouvant être partagées. Il s’agit ici d’utiliser l’ensemble des connaissances (explicites et tacites) de l’entreprise afin de se différencier, d’obtenir un avantage concurrentiel par rapport aux concurrents.

Le Knowledge Management s’appuie sur des outils informatiques (portails d’entreprise, outils de travail collaboratif, Intranet, outils de gestion de projet, etc.) mais pas seulement. Il suppose également l’adhésion des ressources humaines de l’entreprise qui possèdent la connaissance étudiée.
La gestion des connaissances a donc pour mission d’améliorer la performance de l’entreprise. En outre, le knowledge management permet d’obtenir une vision d’ensemble des compétences et des savoirs de l’entreprise.